Collaboration école-maison

Les parents jouent un rôle crucial dans la vie de leurs enfants. En effet, la famille est une unité sociale primaire dans laquelle les parents constituent les relations les plus fondamentales pour les enfants et servent de lien entre les enfants et la société au sens large. C’est pourquoi l’implication des parents dans les différents aspects de la vie des enfants est importante, notamment lorsqu’il s’agit de leur éducation.

 L’implication des parents dans l’éducation de leurs enfants, en particulier des enfants d’âge préscolaire, a une série de répercussions positives sur les expériences scolaires et les compétences sociales des enfants. En ce qui concerne la réussite scolaire, l’implication des parents a un effet positif sur la réussite scolaire, l’engagement et la motivation des enfants. Les parents impliqués mettent l’accent sur l’importance de l’école, ce qui amène les enfants à être plus motivés et engagés, ce qui entraîne une meilleure réussite scolaire. En retour, une meilleure performance scolaire des enfants conduit à plus de motivation et d’engagement à l’école. En même temps, l’implication des parents exerce une influence positive sur l’adaptation sociale et émotionnelle des enfants. Grâce à l’implication des parents, les enfants ont le sentiment d’être importants pour leurs parents, ce qui les valide et renforce leur estime de soi. Ce sentiment positif d’appréciation et de bonne estime de soi aide l’enfant à rester sur la bonne voie et à ne pas  adopter des comportements délinquants. L’adaptation sociale et émotionnelle a été identifiée comme étant essentielle pour la transition ultérieure vers l’âge adulte.

Malheureusement, tous les parents ne peuvent pas participer pleinement à l’éducation de leurs enfants. Les parents issus de l’immigration sont parfois confrontés à des barrières linguistiques et culturelles ou au sentiment d’être mal accueillis dans la communauté scolaire et mal informés des règles d’un système scolaire inconnu. L’isolement dû à un faible statut socio-affectif et à des emplois peu est un autre facteur qui influence l’implication des parents dans la scolarisation de leurs enfants. Il a également été constaté que différentes cultures communiquent très différemment, c’est pourquoi elles ont des visions différentes de la collaboration maison-école et des rôles que les parents et les enseignants sont en droit d’exercer dans la vie des enfants. Malgré différents facteurs, ces parents ont souvent une forte volonté de s’impliquer dans l’éducation de leurs enfants. Le cours de développement professionnel offert aux enseignants par le projet TRANSLA propose une gamme d’activités qui contribuent à impliquer les parents et à améliorer la collaboration maison-école.

Barger, M. M., Kim, E. M., Kuncel, N. R., & Pomerantz, E. M. (2019). The relation between parents’ involvement in children’s schooling and children’s adjustment: A meta-analysis. Psychological bulletin, 145(9), 855–890.

Celic, C., & Seltzer, K. (2011). Translanguaging: A CUNY-NYSIEB guide for educators. New York City, NY: The City University of New York.

Chumak-Horbatsch, R. (2012). Linguistically appropriate practice: A guide for working with young immigrant children (2nd ed.). Toronto, CA: University of Toronto Press.

Pour commencer, les enseignants présentent leur classe multilingue aux parents en leur envoyant une lettre de bienvenue. La lettre contient des informations sur les langues parlées par les enfants de la classe et énumère celles parlées par les enseignants, ce qui montre l'attitude positive des enseignants envers le multilinguisme. De plus, la lettre informe les parents sur le programme d'études axé sur les langues et les invite à participer à différentes activités liées aux langues organisées par les enseignants tout au long de l'année scolaire. Dans l'ensemble, la lettre aux parents présente l’attitude favorable des enseignants envers les langues parlées à la maison et souligne que celles-ci - et donc les parents - sont les bienvenus en classe.

Les enseignants invitent les parents à faire partie d’un comité des langues : un groupe de parents, composé de représentants des parents de chaque langue parlée à la maison des enfants. L'objectif principal du comité des langues est d'amener les langues parlées à la maison en classe. Les parents participants se voient proposer des tâches telles que la participation à des activités de classe liées à la langue, la traduction du matériel de classe, la fourniture de ressources et de matériel (brochures, CD, DVD) dans la langue parlée à la maison et la mise à jour d'un tableau d'actualités en classe avec des informations sur les événements communautaires.

Les enseignants organisent des ateliers où ils informent les parents sur les avantages du multilinguisme, soulèvent un sujet important sur le rôle des parents dans l'apprentissage de la langue maternelle des enfants et, en général, répondent aux questions des parents sur les langues et l'apprentissage des langues. Cette implication des parents se fait soit au niveau d'une seule classe, soit au niveau de l'école, selon la demande.

Il est très naturel que pour les enfants d'une société d'accueil, les langues et cultures des enfants issus de l'immigration semblent inconnues et étrangères. Pour aider les enfants à lever les barrières linguistiques et culturelles, les parents sont invités en classe pour présenter leurs langues et leurs cultures. Les parents peuvent le faire de plusieurs manières. Les parents peuvent être invités à organiser des ateliers culturels en classe dans lesquels ils expliquent le sens des différentes traditions et invitent les enfants à en faire l’expérience. Par exemple, les parents apportent des objets qui représentent leur pays d'origine et leur culture, tels que des vêtements traditionnels, enseignent aux enfants des danses traditionnelles, chantent des chansons traditionnelles ou présentent des objets d'artisanat traditionnels tels que l'art du henné. Les parents peuvent également être invités en classe pour présenter leur langue maternelle et ainsi sensibiliser les enfants aux langues. Les parents peuvent apprendre aux enfants à se présenter oralement dans une nouvelle langue et à écrire leurs noms dans une nouvelle écriture, enseigner aux enfants le vocabulaire de base de la langue, raconter ou lire des histoires dans leur langue maternelle (pendant que l'enseignant raconte/lit la même histoire dans la langue d'enseignement), utiliser des supports visuels tels que des drapeaux qui représentent leur pays d'origine.

Les enseignants demandent aux enfants d'interviewer leurs (grands)parents et d’amener leurs histoires de vie en classe. Les questions possibles portent sur le lieu et la date de naissance des parents, les lieux où ils ont vécu et les langues qu'ils ont parlées dans leur enfance, leurs activités préférées, leurs jouets, leur nourriture, leurs expériences scolaires, leurs activités familiales, leur vie quotidienne et les tâches qu'ils devaient accomplir dans leur enfance. Sur la base de ces questions et de bien d'autres, les enfants en apprennent davantage sur la vie de leurs parents et apportent ces expériences en classe. De ce fait, cela rend crédibles les expériences et l’implication des parents dans la scolarité de l’enfant. C'est particulièrement important pour les parents qui ne peuvent pas toujours participer activement aux activités de la classe en raison du travail ou de la barrière de la langue. Cette activité peut ainsi donner de l’importance aux parents de la classe ouvrière et aux parents issus de l'immigration. À la suite de cette activité, un livre d'histoires de parents est réalisé.

La participation des parents peut se produire même sans la présence des parents dans la salle de classe. L'une des activités qui relient la famille à la classe est la création d'un blason familial représentant chaque enfant avec ses parents à la maison et sa présentation en classe. Finalement, le blason de la famille est transformé en affiche et est accroché en classe.

Les enseignants invitent les enfants à apporter un artefact de leur pays d'origine doté d’une importance personnelle ou nationale pour eux. Les artefacts sont ensuite accrochés ou installés en classe. Les enfants sont également invités à apporter des calendriers dans leur langue maternelle.

Les enseignants initient les enfants au concept de la généalogie et expliquent la notion d'arbre généalogique. Dans cette activité, les enfants sont familiarisés avec les termes pertinents tels que famille, génération, nom de famille, mère, père, sœur, frère, petit enfant, grands-parents, père, mère, grand-mère, grand-père, père, oncle, cousin et d’autres termes dénotant la parenté et les relations familiales. Une étape importante ici est l'invitation des parents à la salle de classe pour aider et ajouter des descriptions et des termes dans les langues parlées à la maison. De plus, les enfants sont encouragés à accrocher des photos à leur arbre.

Les enfants sont invités à remplir un tableau qui résume les informations sur leurs grands-parents. Les enfants indiquent leur nom et leur âge, puis écrivent le nom et l'âge de leur grand-père et / ou de leur grand-mère. Un élément clé du tableau est la dernière colonne dans laquelle les enfants sont invités à écrire le mot « grand-père » ou « grand-mère » dans leur langue maternelle.

Les enseignants demandent aux enfants, avec l'aide de leurs parents si besoin, de prendre des photos d'institutions et de panneaux multilingues ou de prendre des photos d'institutions et de panneaux dans la langue maternelle des enfants et de les amener en classe. Les enfants peuvent également apporter des journaux multilingues ou des journaux dans leur langue maternelle.

Dans le but d'encourager les parents à collaborer et de mieux les connaître, les enseignants peuvent poser des questions liées au contexte social des parents. Ces questions concernent la vie professionnelle et sociale des parents, les loisirs familiaux, les intérêts, les préférences en termes de médias et de presse. Après avoir recueilli ces informations génériques, les enseignants demandent aux parents s'ils sont prêts à partager leurs passe-temps, leurs compétences ou leurs intérêts avec les enfants de la classe.

Dans cette activité, les enfants sont invités à dessiner un drapeau de leur pays en se servant d’un modèle provenant de l’Internet, puis à le colorier.

En lien avec l'activité précédente, les enfants associent le nom du pays à son drapeau et la/ es langue(s) qui y est /sont parlée(s). Par ailleurs, les enfants sont invités à nommer une fleur, un animal et un sport national du pays pour compléter les informations sur le pays.

Cette activité permet de visualiser le multiculturalisme en classe en mettant l'accent sur les origines des enfants de la classe. Elle peut se réaliser de plusieurs manières. Par exemple, les enseignants épinglent ou collent une photo de chaque enfant et écrivent son nom, à côté du drapeau de son pays d'origine ; les enfants venant d'un même pays sont regroupés sous le même drapeau. De cette façon, il est très facile de voir combien de pays et donc de langues différentes sont présents en classe. Une autre façon d'organiser cette activité est de marquer les pays d'origine de différents enfants sur la véritable carte du monde. Dans ce cas, les enseignants épinglent ou collent les photos des enfants sur les pays correspondants directement sur une carte. On peut également utiliser des fils pour relier chaque pays d'origine des enfants avec un pays dans lequel ils vivent maintenant (Luxembourg) sur la carte.

Les enseignants trouvent sur Internet les images de vrais billets et de pièces de monnaie utilisés dans les pays d'origine des enfants. En les utilisant comme exemple, les enfants fabriquent de l'argent fictif.

En lien avec l'activité précédente, les enseignants suggèrent aux enfants de remplir les colonnes d'un tableau avec un nom de pays, un nom de billets de banque utilisés dans ce pays, un symbole de la monnaie et un nom de pièces utilisés dans le pays. Dans cette activité, le soutien parental est nécessaire pour parler des noms utilisés pour la monnaie. Les parents sont également invités à fournir des informations supplémentaires sur les particularités de la monnaie et, si possible, d'apporter de vrais billets et/ou pièces de monnaie en classe pour les présenter aux enfants.

Les enseignants invitent les (grands)parents en classe et leur demandent de parler des habitudes téléphoniques de leur pays d'origine. En particulier, les parents peuvent parler des règles courantes pour répondre au téléphone et terminer les conversations téléphoniques dans leur pays d'origine, qui peuvent différer selon les pays et les cultures. Après avoir appris les mots des langues parlées à la maison qui sont utilisées au téléphone, les parents et les enfants peuvent rejouer les conversations téléphoniques.

Cette activité comporte plusieurs volets qui, mis ensemble, forment une courte biographie d'un enfant. Les enseignants prennent une photo d'un enfant, écrivent son nom à côté et demandent à l'enfant d'écrire les informations sur ses activités ou passe-temps préférés, les langues qu'il parle, les langues que ses parents parlent et les pays d’origine des parents, ainsi que de peindre un drapeau du pays d'origine. L'information peut alors être présentée sous la forme d'une affiche et accrochée dans la salle de classe.

Chaque année, le 21 février, le monde entier célèbre la Journée internationale de la langue maternelle instituée en 1999 par l'UNESCO. Ce jour-là, des activités impliquant un plus grand nombre de parents peuvent être organisées en classe. Les enseignants peuvent inviter plusieurs, voire tous les représentants des parents de différentes langues à la maison à se réunir pour des célébrations et des discussions sur des sujets liés aux langues. Les enfants peuvent également réaliser des affiches pour la classe.

(En lien avec le point 11) Afin d'assurer une collaboration fructueuse avec les parents, les enseignants doivent connaître le bagage linguistique et les habitudes linguistiques des parents. Pour obtenir ces informations, les enseignants interrogent les parents sur les langues parlées à la maison, notamment, lorsqu'ils s'adressent à l'enfant, les langues que l'enfant comprend et parle avec différentes personnes (membres de la famille, amis, voisins, etc.), utilise (gestes, objets), les langues dans lesquelles l'enfant écrit et lit, les langues dans lesquelles les parents chantent, lisent et racontent des histoires à l'enfant, les manières dont l'enfant a appris le luxembourgeois (télévision, fratrie, crèche, etc.), et encore, les intérêts des parents et leur désir de partager cela avec les autres enfants de la classe.

Lorsqu'un nouvel enfant arrive en classe, les enseignants suivent plusieurs étapes pour intégrer l'enfant dans la classe, de manière rapide et efficace. Tout d'abord, les enseignants doivent établir un lien affectif avec l'enfant et comprendre les difficultés que l'enfant peut éprouver parce qu'il ne parle pas et / ou ne comprend pas le luxembourgeois. Pour faciliter la transition de l'enfant vers un nouvel environnement scolaire, les enseignants peuvent trouver d'autres enfants ou adultes qui parlent la même langue et, de manière générale, encourager l'utilisation de la langue maternelle de l'enfant en classe. Les enseignants peuvent également encourager les (grands)parents à passer du temps en classe lorsqu'ils amènent l'enfant en classe et viennent le chercher, et à utiliser leur langue maternelle à ces moments-là. Pour renforcer la collaboration maison-école, les enseignants peuvent inviter les parents de cet enfant aux activités en classe, par exemple, pour créer une étiquette de nom dans la langue maternelle de l'enfant. Après le premier jour d'école, les enseignants contactent les parents pour leur transmettre des informations et les inviter aux futures activités en classe.

poser votre question